Sweet Gwendoline
gwendoline Sweet Gwendoline apparaît sous forme de feuilleton dans la revue "Wink" dans le numéro d'août 1949.

C'est certainement le personnage le plus emblématique auprès des amateurs de bondage, et ses aventures sont publiées jusqu'en 1958.

Parmi les numéros les plus connus : "Sweet Gwendoline" (n°50 publié en 1946), "The escape artist" (1949), "The missing princess" (1952) ou encore "The race for the gold cup" (1958).

Ce n'est qu'à la fin des années 1950 que Willie publie l'album de bande dessinée de 64 pages connu sous le nom de "Sweet Gwendoline". Le livre incontournable de l'artiste.

Les aventures de "Sweet Gwendoline" furent éditées en français en 1975, par la maison d'édition Les Humanoïdes Associés. Mais ce n'est qu'en 1995 que la jeune et naïve héroïne ressuscite, grâce aux éditions Belier Press, dans un ouvrage revu et complété, issu de l'oeuvre originale de John Willie.

Sweet Gwendoline est le personnage principal dans les travaux de l'artiste John Willie, et probablement l'icône la plus fameuse du Bondage juste après la plus célèbre, Bettie Page.

Dans les dessins de Willie, Gwendoline apparaît comme une jeune demoiselle blonde et naïve, qui se retrouve toujours attachée.

En 1984, son histoire a été adaptée dans "Gwendoline", un film de Just Jaeckin dans lequel Tawny Kitaen tient le rôle principal.